yao metsoko

Cette série est une expression artistique en résonance avec les fondements et les lois biologiques de la nature humaine : toute naissance est indissociable d’un « cri » où douleur et joie s’entremêlent. Ma création autour de « Cri de nos Mères, Mères de toujours » m’apparaît également comme un devoir de vérité et de reconnaissance envers nos mères. « Cri de nos Mères, Mères de toujours » puise sa substance dans les représentations symboliques et sociales actuelles de la femme dans notre société. De ce point de vue, mon travail artistique est une méditation poétique, spirituelle et politique sur la Femme, sa condition et, au-delà, son essence même. Source inépuisable d’inspiration, la femme à toujours été matière de questionnement et de recherche pour maints artistes qui ont décliné la « Beauté », la « Vie », l’« Amour », la « haine ». La femme a incarné l’être paradoxal, dotée du pouvoir de donner la vie et du pouvoir tout court. Les mythes et les rites religieux ont cristallisé l’image de la femme continent mystérieux. Je considère légitime de poser la question en l’incluant dans le champ de l’éthique : comment et pourquoi celle qui porte le monde en son sein et lui donne vie peut elle être si maltraitée ainsi par ses enfants qui l’abandonnent ? « Cri de nos Mères, Mères de toujours » est un manifeste pour restaurer la femme dans sa dignité grossièrement ou subtilement bafouée quotidiennement. « Cri de nos Mères, Mères de toujours » est la conscience de la femme debout et en marche. « Cri de nos Mères, Mères de toujours » est une interrogation des consciences humaines et du monde. « Cri de nos Mères, Mères de toujours » est un message d’espoir pour l’humanité. « Cri de nos Mères, Mères de toujours « est un hommage rendu à la femme d’ici et d’ailleurs . [Yao Metsoko]

Yao Metsoko

La nécessité d’orienter mon travail sur la thématique du «cri» est , pour moi, d’ordre intérieur.

Yao Metsoko

Mes œuvres traduisent des émotions et mon magma intime né des réminiscences liées à ma mère et de ce bouillonnement de vie de la femme. Mes formes et volumes sont volontairement excessifs. Les attitudes et postures sont construites pour faire émerger un message, une exaltation, un drame. Ce Cri de femmes prend des formes multiples : Cri de douleur et de désespoir, Cri d’amour et de joie, Cri d’interrogation…

Parce qu’il a une mère lui aussi bien sûr, l’artiste doit témoigner de ce Cri encore avec plus de force. Oui, je marche sur les traces de ma mère et de son combat contre la bêtise : chaque jour, j’ai son image présente lorsqu’elle se tenait les seins en disant « les enfants qui ont tété ce sein sont bénis…»