GEOrgE OUANOUNOU

C’est avec son corps que l’artiste s’investit dans son travail. Le corps est au centre du sujet en peinture. Que l’artiste tente de construire un concept, une idée philosophique, ou qu’il parte d’un modèle vivant, dès l’instant où il dessine avec son corps, le dessin résultant d’une gestuelle du bras ou du travail énergique ou en douceur de la matière, il est ramené à la réalité du corps qui se trouve présent ou représenté. Présent lorsque l’artiste laisse des marques, des parties inachevées, des parties brutes et représenté lorsque l’image est savante, rigoureuse. Dans tous les cas il n’échappe pas à la réalité du corps.

>> Télécharger le dossier de presse.

George Ouanounou

Ma mémoire me parle d’immigration, de passage, d’entre-deux, d’espace qui sépare un continent d’un autre.

George Ouanounou

Le sujet s’impose par lui-même. Je trouve dans la répétition du motif, une manière récursive d’approcher le corps, en le mettant en mouvement, en donnant à chaque corps une forme originelle, une forme brute, une forme vraie. Dans la multitude des corps, chaque corps est singulier.

La couleur accompagne et éclaire la forme en mouvement, les fulgurances de teintes et de lumières jouent et s’imbriquent dans ces multitudes de formes. La mémoire aussi joue à plein, qu’elle soit enfouie ou consciente elle vient enrichir la palette du peintre en images, émotions, pensées. La mienne me parle d’immigration, de passage, d’entre deux, d’espace qui sépare un continent d’un autre.