Do Mesrine

Do Mesrine, artiste cosmopolite, descendant des familles afro-brésiliennes installées depuis le 18ème siècle sur les rives du Golfe du Bénin, propose une cosmogonie aux accents à la fois ouest-africains, caraïbéens et latino-américains témoignant d’une histoire personnelle et familiale qui se noue au croisement des cultures vodou. Rouge pour le sang, Noir pour l’être humain et Blanc pour la spiritualité, les tentures de Do Mesrine, inspirées de formes que l’on retrouve dans le Candomblé brésilien, la Santeria cubaine, le Vodou haïtien ou dans le Vodou New-Orleans, rappellent les mythes au sein du monde contemporain.

Do Mesrine

« Ifé, le Paradis Noir » est un régal qu’il vous est donné de découvrir à la Galerie Philippe Lawson.

De couleur ocre-rouge, ses sculptures magnifient la spiritualité du cuir. Prolongeant une tradition talismanique, qui voue spécifiquement au cuir caprin des vertus de préservation de l’essence magique des objets consacrés, le travail de Do Mesrine emprunte et réinvente le savoir-faire des maroquiniers touaregs pour donner une extraordinaire puissance à des héros grandeur nature. Mettant en scène les heurts et tragédies du Peuple Noir au travers de ces personnages mythiques — Exu/Legba, le Vodou des Carrefours, Shango, le Loa du Tonnerre, Yemanja/Mami Wata, l’Orisha des Mers et des Océans, Oshun, la Muse des Eaux douces — et faisant revivre mille autres déités d’un panthéon postmoderne, Do Mesrine explore le Genre vodou en tant qu’écriture picturale.

Dans une démarche résolument contemporaine, transcendant le récit de faits parfois réels et vécus, l’Artiste rend perceptible une carte figurative des territoires invisibles du Vodouland. Travaillant un matériau d’usage rare en sculpture, Do utilise de manière originale le cuir depuis déjà vingt ans. Excellant dans cet art aujourd’hui représenté dans certains aménagements du Musée du Quai Branly, le travail de sculpture de Do Mesrine s’est tourné plus récemment vers l’utilisation des textiles. Combinant ces deux univers cuirs et textiles, « Ifé, le Paradis Noir » est un régal qu’il vous est donné de découvrir à la Galerie Philippe Lawson.